orange e‑LIGUE 1
Saison 2017 - 2018

DEMARQUE TOI !
Représente ton club de coeur en participant à l'orange e‑LIGUE 1

Récent vainqueur du Tournoi de Printemps sur Xbox One, Mino entre peu à peu dans le cercle des joueurs dont il faudra se méfier lors des prochaines compétitions majeures. À l’heure de disputer les Play-Offs ce lundi 14 mai, le représentant du FC Metz se confie.

Contre Brian (Dijon FCO), juste après ta victoire, tu es venu t’excuser auprès de lui pour essayer de le réconforter.
J’ai presque réagi comme si j’avais perdu. Brian est un très bon ami à moi, on s’entraine beaucoup ensemble. Le voir dans cet état de tristesse m’a attristé. Je n’ai même pas pensé à célébrer. Et puis j’ai gagné aux penalties, c’est pas comme si j’avais triomphé avec la manière. Même si, sur le match, je pense que je mérite de gagner.


Tout s’est en effet décidé aux tirs au but.

On se connaît tellement par cœur qu’on a pas pu se départager pendant 120 minutes ! On s’était carrément entraîné ensemble pour ce tournoi… J’ai mené 2-0 mais rien n’est jamais fini dans FIFA. Il est revenu à 2-1 et a commencé à prendre l’ascendant psychologique sur moi. Les penalties, ça reste de la loterie. Il y a un peu de réflexion et de mental, quand même. On peut feinter en décalant le joueur sur son pied gauche pour tirer côté opposé, par exemple.


Pour arriver à ce stade de la compétition, tu avais déjà fait face à de gros noms de la scène française.
J’ai sorti DaXe puis Redinho en demi-finale, qui fait partie des 64 meilleurs joueurs au monde. En ligne, j’ai l’habitude de battre les plus grands joueurs du monde en FUT Champions, mais en tournoi physique j’avais plus de mal parce que le jeu est différent, plus lent.


Quel a été ton déclic ?
Tout le monde sait que je suis bon alors que je n’avais jamais réussi à m’imposer sur un gros tournoi en LAN. L’an dernier, j’étais fort mais pas encore professionnel. Ce qui me bloquait, c’est justement que je n’arrivais pas à faire la part des choses. Je n’étais pas dans l’optique de faire mal à mes adversaires. Quand je menais, je ne gardais pas la balle pour essayer de les rendre fous. Depuis, j’ai réussi à mettre les amitiés de côté.


La communauté apparaitrait presque comme une grande famille.

C’est le cas. Dans le milieu de FIFA, on se connaît tous. On essaye de faire avancer l’eSport en France mais on reste des compétiteurs, on ne se fait pas de cadeaux dans les matchs.


En cas de victoire contre Rafsou, tu accéderais à la finale pour le titre, avec un match sur PS4 et un match sur XBOX One. Tu ne crains pas le changement de manette ?
Je jouais sur Playstation avant, donc pas vraiment. Je dois dire que le jeu est quand même assez différent selon les consoles. Je le trouve plus fou sur PS4, où on ne peut pas trop poser le ballon comme sur Xbox. Il faut constamment attaquer. Cela promet donc d’être un match intéressant.