Orange e‑LIGUE 1
Saison 2018 - 2019

Représente ton club de coeur en participant à l'Orange e‑LIGUE 1
Saison 2018 - 2019

Au cours de l’été, Rafsou, champion de l’Orange e-Ligue 1 2017-2018, changeait de pavillon en quittant la cellule esport de l’Olympique Lyonnais pour rejoindre l’organisation professionnelle Vitality. Sa motivation pour défendre son titre, elle, n’a pas changé.

Quels souvenirs gardes-tu de la saison dernière ?
Les premières images qui me viennent à l’esprit sont le moment où je soulève le trophée et mon but en toute fin de match, à la 92e minute de la finale contre Maestro. Après ce but, qui m’assurait quasiment la victoire, j’ai compris que c’était plié.


Tu viens donc de rejoindre la Team Vitality en août dernier. T’es-tu déjà fixé tes objectifs pour la saison ?
J’ai toujours comme objectif principal de remporter tous les tournois dans lesquels je m’engage. Et si je n’y parviens pas, je ne suis pas content de moi. C’était déjà le cas l’année dernière avec l’Orange e-Ligue 1, ce le sera encore pour cette saison.

 

Quels conseils donnerais-tu aux joueurs qui se lancent dans la compétition ?
Le meilleur conseil que je puisse donner est de rester concentré, de ne pas stresser même face à un grand joueur et de rester confiant avant et pendant le match. En partant du principe que ton adversaire est meilleur que toi, ça ne sert à rien de disputer la rencontre. Si l’on affronte un joueur confirmé, il faut au minimum connaître le style de jeu de l’adversaire. Et essayer de s’adapter à son allure, au temps de possession qu’il aura, pour retourner ses caractéristiques contre lui. C’est ce qui est le plus difficile dans FIFA.


L’Orange e-Ligue 1 peut-elle être une bonne opportunité de se faire un nom sur la scène FIFA hexagonale ?
Bien sûr. Une bonne performance permet d’appuyer un statut de très bon joueur. C’est une compétition à l’échelle nationale et le championnat numéro 1 chez nous. En la remportant, tu
deviens champion de France. Tu deviens l’un des meilleurs joueurs de France, si ce n’est le meilleur. Étant donné le niveau global dans ce pays, ça signifie quelque chose. Au fur et à mesure des années, ça devient toujours plus compliqué. Il y a de plus en plus de joueurs et de concurrence. Mais ça ne rend la victoire que plus gratifiante.

 

Quel message souhaites-tu envoyer aux joueurs qui viendront disputer les qualifications de ton club de cœur, l’Olympique Lyonnais ?
Je leur souhaite à chacun d’aller le plus loin possible, mais s’ils tombent contre moi, ils perdront, quoi (rires). On supporte le même club mais je ferai tout pour les battre.